On a interrogé Seb Lapin, membre du site Indie Rock mag, qui nous a donné quelques explications concernant le séduisant projet « IRM x Twin Peaks ».

Dès qu’ils ont appris que David Lynch et Mark Frost allaient proposer une troisième saison de Twin Peaks, l’équipe d’IRM (Indie Rock Mag) a décidé de se lancer dans un ambitieux projet afin de rendre hommage à cette série culte, avec l’idée de proposer à des musiciens venus de tous horizons géographiques et musicaux, de composer un titre inspiré par la série.
C’est ainsi qu’au printemps 2017, ils ont sorti le premier volume d’une série de compilations qui en comptera 16 au total.
On est allé demander à Seb Lapin de nous parler plus en détail de ce beau projet.

Comment est née l’idée de ce projet pharaonique ?

Eh bien ça remonte au printemps 2016, Elnorton, particulièrement actif ces derniers temps sur IRM nous avait relancés plusieurs fois sur l’idée de donner suite à nos compils Clouds/Ashes/Clashes sorties fin 2012, début 2013 et si personnellement l’idée me tentait bien j’appréhendais un peu de me replonger dans ce genre de projet ultra chronophage. Mais en juin de l’année dernière, alors que la presse commençait seulement à parler d’une saison 3 de Twin Peaks pour le printemps 2017, Elnorton est revenu à la charge avec cette ambitieuse proposition : « Je me disais qu’avec la sortie de la saison 3 de Twin Peaks début 2017, il y aurait moyen de coller à l’actualité en se lançant dès à présent dans un projet de compil’ autour de ce thème, proposer à différents artistes que l’on aime sur IRM de composer des titres originaux « à la manière de… » Badalamenti ou de Twin Peaks. C’est quand même une influence que l’on est plusieurs à partager, à laquelle pas mal d’artistes sont sensibles, et ça pourrait faire un truc plutôt original au final. » Avec Spoutnik, Lloyd_cf, Leoluce, Riton et Spydermonkey on a tout de suite adhéré, vu l’influence de David Lynch et de son compositeur attitré sur des générations de musiciens ça sonnait suffisamment fédérateur pour rassembler un beau tracklisting autour du projet, en plus de parler aux aficionados de la série que nous étions pour la plupart.

On y retrouve la crème de l’ambient, electronica ou trip hop… Comment avez-vous choisi les artistes ?

On a tout de suite commencé à lister, dans la foulée, en juin 2016 donc, les artistes que chacun souhaitait contacter pour le projet. Au départ l’idée était de rassembler des gens susceptibles de composer un morceau pour nous, sans contrepartie financière d’aucune sorte, (donc des musiciens ou des groupes que nous connaissions plus ou moins via IRM et avec qui nous avions un bon contact, ou a priori pas trop difficiles à aborder si n’avions jamais encore eu l’occasion de communiquer avec eux), dont l’univers pourrait coller avec ceux de Lynch et Badalamenti et n’ayant pas participé à nos précédentes compils Clouds/Ashes/Clashes et French & Fresh Tour 2007. Mais comme souvent avec nous, la passion l’a emporté et les choses sont rapidement devenues incontrôlables, avec au final quelques 200 morceaux reçus pour environ 400 artistes contactés, originaires d’une trentaine de pays.
J’avoue avoir tout particulièrement contribué à gonfler la tracklist avec environ 250 contacts à moi tout seul, et Spoutnik en a rallié pas mal aussi rien qu’en hip-hop instrumental, abstract et underground rap (en plus du volume III « Through the Darkness of Future Past (Lonely Souls) » déjà sorti on prévoit deux autres volets hip-hop). Une poignée de musiciens nous ont proposé des morceaux après la sortie du volume I « I Had the Strangest Dream Last Night (The Owls Were Silent) » en mai dernier et nous avons accepté les contributions de quelques-uns d’entre eux mais pour le plus gros de la compilation, il s’agissait donc entièrement de nos choix et les musiciens, de même que les graphistes que nous avons contactés pour l’artwork des différents volets, étaient libres de s’inspirer de n’importe quel aspect de la série. Nous n’avons rejeté aucune proposition de leur part et nous sommes vraiment fiers du résultat, aucun titre ne nous a déplu et presque tous nous ont emballés voire impressionnés.

Vous avez prévu 16 volumes si j’ai bien compris… Comment se passe l’agencement des volumes, selon quels critères ?

Il y aura 16 volumes au final, les parties I, II, III, IV, V et VI sont déjà disponibles en libre téléchargement via notre page Bandcamp, le dernier sorti étant le volume V dédié à l’electronica, la kosmische musik, l’ambient stellaire etc., et les volets VIII et VII, respectivement ambient et pop/folk, verront le jour fin septembre et mi-octobre, dans cet ordre (les aléas du mastering…). On espère encore quelques morceaux mais le plus gros des tracklistings a été agencé l’hiver dernier, avant même la sortie de l’EP teaser « Welcome to Twin Peaks« . En février on avait déjà 90% des titres, j’ai passé les trois premières semaines du mois à plancher sur les tracklists en solo (j’avais la chance d’avoir deux mois de vacances en France après deux années à Shanghai où je vis et travaille toujours), d’abord en rassemblant des titres qui allaient bien ensemble autour de thèmes tels que l’onirisme et l’étrangeté (vol. 1), la mort de Laura et ses secrets (vol. 2), l’aspect plus éthéré, romantique et rêveur de Twin Peaks (vol. IV), sa facette nocturne plus insidieuse et inquiétante (vol. VI), la forêt et ses mystères (vol. VIII), la Loge Noire (vol. XIV), etc. Certains regroupements se sont imposés d’eux-mêmes, les titres rappés (vol. IX), les morceaux IDM plus dynamiques (vol. XII), l’abstract hip-hop psyché/planant (vol. III, où l’on a aussi regroupé des instrus dédiés à divers lieux/aspects de la bourgade lynchienne) ou plus dark et menaçant (vol. XI), etc. Chaque volet est centré sur un ou plusieurs thèmes, avec une cohérence stylistique et une progression narrative qui se ressent autant dans la musique que dans les titres des morceaux. Un gros boulot donc, à écouter et réécouter des centaines d’enchaînements possibles jusqu’à arriver au résultat que l’on a aujourd’hui, où quelques morceaux reçus plus tardivement sont venus de greffer avec le même souci d’harmonie à la fois dans la forme et le fond. En tant que boulimiques de musique on préfère tous écouter des albums que des compils en général, question de consistance et d’immersion, donc on a tout fait pour que chacune de ces compils fasse l’effet d’un album à part entière. Enfin, le dernier week-end de février, on s’est retrouvé chez Spoutnik au Puy-en-Velay avec Lloyd_cf et Spydermonkey, une première rencontre en chair et os pour certains d’entre nous et un vrai beau moment, 48h à discuter musique en écoutant et validant les tracklists (peu de changement au final), à se gaver de spécialités auvergnates et Haut-Saônoises et à crapahuter dans la forêt environnante pour prendre des photos et vidéos qui finiront bien par être utilisées d’une façon ou d’une autre !

N’y a-t-il pas un risque de redondance avec ce type de projet et surtout avec autant de morceaux au final rassemblés ?

C’est aussi pour ça qu’on a choisi de regrouper les morceaux dark ambient, drone, electronica, hip-hop, abstract, IDM, pop/folk, etc, à chaque volet son style et si le risque est forcément de n’intéresser qu’un public très ciblé à chaque sortie, on espère générer assez d’intérêt et de curiosité pour le projet dans son ensemble pour que certains auditeurs s’aventurent en dehors de leur zone de confort. On avait d’ailleurs essayé d’organiser les parties de façon à alterner les « genres » à chaque sortie mais les délais de mastering nous ont obligés à publier trois volets drone/ambient d’affilée, les I, II et VI, le volume III consacré aux instrus hip-hop oniriques et psyché n’étant sorti qu’après. A ce titre, j’en profite pour remercier encore une fois les ingés son qui nous ont gracieusement épaulés, le mastering c’était notre grande crainte, sachant combien onéreux le processus peut s’avérer, mais on a eu la chance d’avoir parmi les artistes contactés, outre un certain nombre de patrons de labels, pas mal d’ingés son professionnels tels qu’Alexander Vatagin (fondateur de feu Valeot Records), Skye Klein (aka Terminal Sound System du label Denovali), Victor Popescu (qui fait de la musique électronique sous l’alias BLN), M. Ostermeier (musicien ambient aussi connu pour son groupe dream pop Should et ses labels Tench et Words on Music)… et ils ont tous fait un boulot formidable, certains sur pas moins de trois volets !

Vous publiez en parallèle des interviews souvent passionnantes de certains producteurs qui ont participé aux compilations. Mais sont-ils tous fans de Twin Peaks à la base ?

On a malheureusement pris beaucoup de retard sur ces Entretiens à Twin Peaks, mais on n’abandonne pas l’idée d’interviewer tous les participants (on en est à une soixantaine d’entretiens publiés déjà), ça prend juste énormément de temps de traduire les interviews des musiciens anglophones en français et vice-versa. Dans l’ensemble, leur passion pour Twin Peaks a vraiment été la principale raison pour les musiciens d’accepter de prendre part à ce projet, mais quelques-uns comme Mike Cooper, Undermathic ou Frietboer n’avaient jamais vu Twin Peaks ou pas en entier et n’avaient pas de rapport particulier avec la série, mais se sont avérés intrigués et intéressés par le projet, au point parfois de visionner un ou deux épisodes exprès pour se plonger dans l’ambiance recherchée avant de commencer à composer.

Après cette série, pensez vous poursuivre l’aventure bandcamp et proposant de nouvelles compilations ou bien carrément des albums sous label IRM ?

A dire vrai on a déjà une idée assez ambitieuse pour la prochaine compil’ (sûrement un seul volume cette fois !) mais le boulot sur cette série de sorties mastodontique est encore loin d’être fini alors ce ne sera sûrement pas pour tout de suite ! De mon côté une fois le projet terminé j’aimerais me lancer dans l’organisation de concerts à Shanghai, pas mal de musiciens avec lesquels IRM est en contact étroit se sont montrés intéressés par l’idée d’une mini tournée en Chine et certaines salles ici font preuve d’une belle ouverture d’esprit en programmant des musiciens tels que Flying Lotus, Arms & Sleepers, The Notwist ou For A Minor Reflection pour citer quelques-uns des concerts auxquels j’ai pu assister récemment ici donc tout semble permis !

Un grand merci à Seb –  septembre 2017

La team IRM en balade

irm-crou