Un petit solo piano bien comme tout avec le japonais Daigo Hanada.

On y retrouve la même mélancolie et la nostalgie que dans les œuvres du défunt auteur  de bande dessinée Taniguchi avec en plus ici ce son de piano si particulier, un peu lo-fi, comme dans certains disques de Nils Frahm, où le bruit de l’instrument au contact de celui qui en joue compte presque autant que les notent qui en sortent.

Un disque hautement cinématographique, riche en émotions, où l’on retrouve cette sensibilité japonaise si particulière et si belle.
C’est paru sur Moderna Records, un label québécois dont le catalogue mérite qu’on s’y arrête un instant.

Daigo Hanada – Ichiru
Moderna records – février 2017