insatiable défricheur de nouveaux groupes pop indé sur bandcamp, Franck Zeisel rassemble chaque mois le meilleur de ses minutieuses écoutes dans des compilations qu’il édite depuis deux ans à un rythmes régulier.

Des compilations qu’il a d’abord hébergées sur son blog avant de les diffuser sur BENZINE et toujours sur sa page bandcamp dédiée.
A l’occasion de la parution du volume 20, on lui a posé quelques questions pour savoir comment il faisait pour choisir parmi les 1000 à 2000 groupes qu’il écoute chaque mois mais aussi pour connaître ses groupes favoris.

Comment t’es venu l’idée de créer cette série de compilations ?
Franck : Les germes de cette idée sont à chercher du côté de ma découverte de MySpace en 2005. Je ne sais pas si j’avais cette envie de défricher avant mais en tout cas, ça a été le déclencheur. Je listais alors les groupes qui me plaisaient sur le forum d’un webzine musical (Popnews pour ne pas le nommer). J’avais d’ailleurs fait pour eux un petit bilan de mes découvertes fin 2006 (on y trouvait Fleet Foxes et Gaspard Royant).
Quelques années plus tard, j’ai créé mon blog Life is a Minestrone pour garder une trace de tout ça mais il est resté finalement assez peu actif jusqu’en 2014.
Comme j’étais plutôt insatisfait de ce que la presse musicale mettait en avant, je me suis dit que si je voulais retrouver le goût à la musique actuelle, il allait falloir que j’aille au charbon.
Je m’y suis donc remis beaucoup plus sérieusement et j’ai commencé à écouter tout ce qui pouvait se trouver sur Bandcamp (enfin, dans les genres susceptibles de m’intéresser).
Au bout de 6 mois et pas mal de belles découvertes, une compilation m’a semblé être le bon format pour tenter de les mettre en avant (les premières compilations de La Souterraine venaient de sortir).

« Mon modèle, ce sont les compilations trimestrielles des Inrockuptibles de la fin des années 90… »

Comment effectues-tu ta sélection ?
On peut dire que c’est une sélection très drastique, forcément très arbitraire aussi. J’écoute entre 1000 et 2000 groupes par mois et pour que ça soit possible, parfois ça peut se limiter à quelques secondes. J’essaie de ne pas trop faire d’impasses a priori sur une pochette peu avenante pour ne pas passer à côté d’une perle.
Au final, je me retrouve à choisir parmi une vingtaine de morceaux ou groupes qui ont retenu mon attention dans le mois écoulé. Ensuite, j’essaie vraiment de construire chaque compilation comme un album à part entière.
D’une certaine façon, mon modèle, ce sont les compilations trimestrielles des Inrockuptibles de la fin des années 90 jusqu’au début des années 2000. Même si elles regroupaient des chansons dans des styles différents, il y avait un esprit commun qui se dégageait. C’est ce qui faisait leur réussite en tant qu’ensemble cohérent et c’est aussi ce que j’essaie de faire. Le tracklisting est donc important et certains morceaux peuvent être mis à l’écart (ponctuellement) simplement parce qu’ils s’intègrent mal au reste ou parce qu’ils sont trop downtempo, entre autres raisons.

La plupart des groupes choisis sont dans un registre pop indé, n’as tu pas peur que le filon s’épuise au fil du temps ?
Certains autour de moi me disent que la sphère indé ne se renouvelle plus vraiment et que c’est vers d’autres horizons qu’il faut se tourner pour trouver de la créativité.
Je dois dire que je ne recherche pas particulièrement des musiciens qui vont totalement redéfinir un genre ou inventer de nouvelles formes.
Et par ailleurs, mon champ de recherche ne se limite pas vraiment à ce qu’on pourrait appeler la pop indé. Par exemple, la prochaine soirée que j’organise se fera avec un musicien Indien qu’on trouve sur une des mes premières compilations, Abhi The Nomad qui se situe à la rencontre du hip hop, de la soul et de la pop.
Une identité vocale, une personnalité dans l’écriture, une vraie intention d’un point de vue sonore, c’est surtout cela que je recherche.
Tout le temps passé sans rien trouver de convaincant est compensé par la découverte d’un groupe ou d’un musicien au moment où je m’y attends le moins. Il y a un côté orpailleur mais ça en vaut vraiment la peine au final.

Il parait que le nom « Life Is a Minestrone » vient d’un titre de 10CC ? C’est un groupe qui compte pour toi… ou c’est juste le titre qui t’a plu ?
Au-delà de mon amour pour 10cc (plus que pour cette chanson d’ailleurs), c’est vraiment le titre qui m’a inspiré au départ. On peut dire que je suis bien tombé puisqu’il existait bien avant les compilations et qu’il exprime bien cette notion de mélange à base d’éléments disparates. On va dire que c’est un heureux hasard.
Néanmoins on m’a fait une fois une remarque très judicieuse : 10cc est un exemple parfait de pop sophistiquée mais avec une bonne dose d’ironie, ce qui est un peu l’inverse de ce qui transparaît dans mes compilations qui, elles, ont tendance à mettre en avant une musique beaucoup plus premier degré, que ce soit dans une certaine innocence pop ou dans une émotion à fleur de peau.

Quelques sont des albums ou groupes qui comptent ou ont compté pour toi ?
Ils sont bien sûr très nombreux mais je vais essayer d’en citer 10 qui ont vraiment eu un rôle fondateur dans mes goûts : The Apartments, The Verlaines, Prefab Sprout, Big Star, John Cunningham, The Only Ones, Lisa Germano, Red House Painters, Television, Burt Bacharach.

Question rituelle : Pourquoi avoir chois bandcamp pour diffuser tes compilations ?
Vu que 99% de ce que je découvre vient de Bandcamp, l’idée est venue naturellement. C’est probablement l’outil le plus simple et le plus pratique pour créer des compilations téléchargeables gratuitement. Bref, la question ne s’est même pas vraiment posée.

Peux tu nous donner 5 tes groupes préférés parmi ceux qui tu as dénichés depuis que tu as lancé les compilations Life Is a Minestrone ?
Je pourrais les couvrir de superlatifs (ils le méritent vraiment) mais comme je me contente habituellement de laisser la musique parler, je conseille juste d’aller y jeter une oreille curieuse.

Joel Henry Little

Lomelda (et sa chanteuse, Hannah Read, ma voix féminine préférée de ces dernières années)

Choir and Marching Band

Dream Version

Eric McEntee (anciennement Hand)
(plus de Bandcamp pour l’instant mais il y a quelques chansons sur son site et il vient de débuter une campagne de crowdfunding pour son premier album chez Micrcocultures.
Novembre 2016